Comment tout a commencé

Depuis quelque temps, je jouais sur internet à un jeu captivant, permettant aux participants d’interragir, de combattre bien sur, mais aussi de collaborer….Ce jeu m’amenait donc à rencontrer par le biais des forums utiles à chaque équipe, de nombreux joueurs de tous horizons mais de langue française….Mon éloquence narrative m’y fit remarquer par un personnage haut en couleur que j’appellerai La Dame….Elle y entretenait sous couvert du jeu, une petite cour d’admirateurs… Dépassant ainsi le cadre du jeu, elle savait s’entourer de joueurs au style élégant…. Elle recréait ainsi sa cour, amoureuse de belles lettres en un monde de brute…Rapidement l’envie me vint de séduire par les mots cette habile courtisane. Elle devint donc ma muse, celle par qui tout à commencé. Les poèmes de cette catégorie, furent tous écrits en une heure, sous sa flamme inspiratrice, pour elle….. Ils lui furent tous envoyés, et provoquèrent de bien charmantes réactions… Elle est de ces textes, la Muse, le sujet, elle est Ma Dame

Supplique à ma Dame

Supplique à ma Dame 

 

 

Ma Dame, je voudrais que m’inonde

De votre fleur l’eau furibonde

Baignant dans toute sa chaleur

Le signe ardent de ma vigueur

 

Ma Dame, je voudrais que s’avance

Votre bassin vers ma lance

Avec rythme et synchrone fureur

D’ondulantes ivresses sans pudeur.

 

Ma Dame, je voudrais qu’en la bouche

Vous mordiez, gentille escarmouche

Ma chair donnée à votre  portée laper

De mon cou, de ma langue happée

 

Ma Dame, je voudrais qu’en vos mains

Vous sentiez de mes fermes rondeurs

La force et l’élan demandeur

De trouver en vous le chemin

 

Ma Dame, je voudrais qu’en vos pieds

Ressentiez par leurs nerfs reliés

Le plaisir tendu, éparpillé

Et que d’extase les barrages rompiez

 

Ma Dame, je voudrais qu’on en meure

De Bonheur, d’un arrêt de cœur

Que plaisir, oh ma maitresse

Sonne le glas de ma jeunesse

 

 

30 avril 2009

La Dormeuse du lac

La dormeuse du Lac
>
>
> Alanguie sur les draps, la belle est endormie
> A ses cotés par l’absence manque son mari.
> De son front apaisé des rêves s’échappent
> De son corps affamé les sens dérapent…
>
> Le guetteur des songes par eux attirés
> Survole son corps en un souffle inspiré
> De son doigt il souligne le contour
> De la belle il découvre les atours
>
> De sa main étonnée la belle a frémi
> Animée sur son cou celle-ci s’appuie…
> Sa sœur gauche à son tour est en vie
> De leur descente
la Dame a gémi
>
> En son âme désirée le chasseur est entré
> De mains dirigées il éprouve le toucher
> Sur son ventre un instant les reposer
> Avant qu’à nouveau douceurs explorer.
>
> En son doigt délicat le veilleur a surgi
> De son fourreau il découvre le fruit…
> Par son humeur la belle réagit
> Du miel chaud de son corps s’enfuit
>
> De ses lèvres son fruit elle appelle
> Au rythme de son ventre l’attire-t-elle
> Le rêveur a son tour d’elle possédé
> En un râle ébahi sous la pression a cédé.
>
> Eprouvés les rêves d’amants se quittent
> Laissant aux songeurs un gout d’invite
> Qu’au matin ils ne sauront exprimer
> Que par des mots doucement faire rimer

1 mai 2009

A table…..

A table…..

Du regard de me taire ordre a sonné

Et du monde le brouhaha a cessé

De mes nerfs vers vous éperdus

Une promesse à vos lèvres suspendue

De votre pied à l’aiguille bien chaussé

Intime au pantalon me caressez

A la bouche j’imagine votre talon

Les yeux clos tendu ,étalon

D’un sourire supérieur m’observez

Gorge en arrière à me voir riez

D’un  plaisir honteux m’humilier

D’une bassesse de désir baver

Ma main lentement descendue

De vos bas frôle la soie

N’osant saisir la cheville ingénue

Pour me guider d’elle vers la joie

Mon bras sous la nappe trop court

Plus haut que le genou veut aller

Des yeux vous stoppez le parcours

Maitresse de moi  sans parler

Honteux, rougissant, nain’bécile

Le bassin tendu vers la pointe ferrée

En un souffle atomique enfin libéré

Noyé de liqueur en mon slip vacille

Si encore nous en étions déjà au dessert…

30 avril 2009

Miroir

Miroir: Nous sommes les chasseurs d’âmes
De vos jeux nous tirons subsistance
De vos mots nous cherchons la substance
Avant que le soir nous rassemble la Dame

Nous sommes des chercheurs de rêves
Guetteurs dont les rimes sont  sève
Chevaucheurs de verbes allanguis
Chasseurs d’élégance par  lettres conquis.

De ravissement à venir nous vivons
Pensées de frissons nous décrivons
De la  juste rime tendre ou cruelle
Etourdis nous contemplons l’aquarelle

Derrière le velours des idées
Cachés attentifs nous épions
D’un double sens d’une citation
L’innoçante pensée débridée.

Nous sommes des chasseurs d’âmes
En qui brulent  à jamais la flamme
Des mots que l’on condamne
Et de votre rêve  belle Dame 

                                                                                               28 avril 2009

Au piano je préfère

Au piano je préfère….

Que mes mains à leur tour
Fassent habiles leur usage
Et que de vos avantages
Et atours elles fassent le tour

Je les veux promener
Sur chacune de vos terminaisons
Lentement avec force et passion
De votre peau éprouver le clavier

Que pour vos cris par instants retenir
Votre doigt de vos lèvres mordillez
De ma paume sur vos courbes s’alourdir
D’une pression que d’elle attendez…

Que le clavier de vos mots Ma dame
Trouve ici bel et sensuel écho
Car de mes mains, ma mie, mon âme
Je vois sur votre peau le frisson éclos.

Frissonnez à l’envie, sous leur jouc
Elles ne sont fortes que pour vous
Mes mains sont de l’archet le chef
Et le violon de votre corps la nef

Qu’elles vous emmènent donc au ciel
A travers ces larmes de miel
Que seul votre corps peut pleurer
Quand de leur force il est éprouvé.

 

24 avril 2009

Il descend de la montagne

« J’ai hésité à publier ces vers,
Qui narrent le long chemin
Qu’il m’a fallu  de la haut faire
Pour m’abreuver de votre breuvage divin »

 

Je descends de la montagne
 

Fraises des bois me voilà
Qu’à mes lèvres laissez
De votre eau le gout salé
Avant que je n’aille plus bas
 

Grain de mure  me voici
Qui par ma bouche choisi
De lentement faire le tour
De ses creux de velours
 

Brins de mousse je suis là
Qu’à mon nez enchanté déjà
De la foret dissipez son essence
Avant que ne cèdent mes sens

Au creux du vallon déjà suis
Par son ombre enfin rafraichi
Puisant en son creux l’eau
Ombragée de son ruisseau
 

24 avril 2009 

Ma Dame est ma Muse

Ma Dame est ma Muse 

Ma Dame s’amuse…. 

Amusez vous sous mes mots 

A me rendre moins sot 

 

Devant elle je balbutie 

Derrière elle je m’extasie 

L’envers du décor mes amis 

Réveillera-t-il mon envie ? 

 

Envie d’elle surement 

Son absence est un tourment 

Par mon silence qu’elle entende 

Le plein de vie que je bande 

31 mars 2009



HOT-SEXY-BLOG |
Sexe entre Mecs |
Ma moitié |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sex, cul et amour
| couple du 24
| LA DEMEURE AUX PLAISIRS